Gutenberg et WordPressDepuis plusieurs mois, Gutenberg déchaîne les passions ! Encore une fois, ce vieil Allemand est à l’origine d’un vaste débat dans le saint des saints : doit-on oui ou non adopter une nouvelle technologie qui faciliterait l’accès au savoir par les néophytes, les profanes ? WordPress doit-il inclure son nouvel éditeur de texte dans le coeur de son CMS ?

La communauté se déchire, les « progressistes » s’en prennent aux puristes, les adeptes de la Réforme sont conspués par les « rigoristes » de WordPress.

Mais qu’est-ce que Gutenberg a encore inventé ?

S’il faut en croire Matt Mullenweg, le créateur de WordPress, Gutenberg est un éditeur de texte révolutionnaire ! Il permettrait de faciliter la rédaction de contenus sans devoir passer par l’éditeur TinyMCE qui est, il faut bien l’avouer, assez contraignant et peu inspirant (que celui qui n’a jamais blasphémé en essayant

de gérer un retour à la ligne me jette la première pierre..). Au lieu de gérer les textes comme un traitement de texte le ferait, Gutenberg organise les textes en blocs plus maniables et flexibles. Un gain de temps pour les Pro, l’équivalent du passage du manuscrit écrit au fond d’un monastère au système d’imprimerie… (au cas où vous n’auriez toujours pas compris la référence…!)

En revanche, contrairement aux rumeurs et aux messes basses, Gutenberg n’a pas vocation à remplacer Beaver Builder ou Elementor… enfin, pour le moment. Il ne concernera que la partie contenu des pages et non leur design.

L’arrivée de Gutenberg est une modification profonde du coeur de WordPress. Une modification suffisamment profonde pour inquiéter la communauté. Quid de la rétrocompatibilité ? J’avoue faire partie de ceux qui redoutent l’arrivée de ce nouvel outil. Si l’amélioration du coeur même de WordPress nous oblige à passer nos nuits à réparer les sites défigurés, je ne vois pas bien où est le progrès !

Cette arrivée se fait en plusieurs étapes. Depuis la version 4.9.8, nous pouvons nous convertir volontairement à Gutenberg en basculant le site vers son système. Pour ma part, je n’ai pas (encore) été touché par la grâce. Je suis davantage comme saint Thomas…

Cependant, d’ici la fin d’année, on aura droit au baptême forcé, le passage obligé au nouvel éditeur dans la version 5 de WordPress.

C’est une révolte ? Non Sire, c’est une révolution !

La communauté WordPress, habituellement composée de fidèles pratiquants, voire de croisés prêts à en découdre avec les hérétiques de Joomla ou Drupal, commence à montrer de réels signes de désaccord avec le clergé en place.

La colère se fait sentir dans toutes les strates de cette belle fraternité. Dumitru Brinzan, développeur et blogueur à I love WP, s’est d’ailleurs amusé à faire une petite analyse sociologique des plus grands “haters” de Gutenberg. Selon lui, Gutenberg fait quasi unanimité contre lui. Il n’y a qu’à voir sa cote en tant que plugin !

Gutenberg’s current rating sits at 2.3 out of 5 stars and continues to slowly go lower. Even the ridiculous Hello Dolly plugin has 2.6 out of 5 stars, so that’s saying something about the public opinion of Gutenberg.*

*L’évaluation de Gutenberg s’établit à 2,3 étoiles sur 5 et continue sa descente. Même le célèbre et non moins ridicule plugin Hello Dolly a une cote plus élevée avec 2,6 étoiles sur 5, ça illustre bien l’opinion publique à propos de Gutenberg.

Selon Scott Bowler, figure de proue de la révolte, Gutenberg ne serait que les prémices d’une réforme plus importante de WordPress. Cette refonte majeure de WordPress serait orchestrée de l’intérieur par un groupuscule très peu concerné par les principes fondateurs de WordPress, à savoir la collégialité.

Si l’on se fie à un échange entre Scott Bowler et un développeur de la sphère WordPress, Gutenberg n’est pas une option ni à remettre en question !

Le cahier de doléances reste ouvert mais selon toute vraisemblance, aucune autorité ne se penchera dessus… Toujours selon monsieur Bowler, les hautes instances de WordPress procéderaient à une censure et mettraient à l’index toute remise en question du dogme sur les forums sur le sujet. Une façon de faire qui tranche avec l’ouverture d’esprit communiquée par les voies officielles.

ClassicPress, vers une nouvelle obédience ?

La révolte s’organise. En plus d’une pétition qui tourne sur change.org, les insurgés ont commencé à développer un fork de WordPress. Évolution logique d’une idéologie un peu trop dominante, me direz-vous ? Peut-être… après tout, WordPress était également un fork d’un premier CMS.

La proposition de Scott Bowler, initiateur du projet, est relativement simple. Conserver WordPress mais sans Gutenberg. Il suggère donc un schisme à partir de la version 4.9.8, avec un CMS dont le développement serait, selon ses termes, “réellement mené par la communauté”.

Cette nouvelle fronde dans la communauté WordPress pose une question fondamentale : Quelles sont les limites de l’Open Source ? Peut-on réellement développer un CMS aussi populaire sans avoir un minimum de diktats ? La co-construction, idéologie utopiste à l’origine du web et de l’open source reste possible dans une petite société, avec un nombre limité d’adeptes. Quand on parle de 31% des sites internet, quand, en 2014 déjà, l’entreprise Automattic (propriétaire de WordPress) valait 1,16 milliards de dollars, peut-on encore parler d’un CMS communautaire au développement démocratique ?

ClassicEditor pour garder la foi en WordPress

Il vous sera encore possible de conserver votre éditeur TinyMCE si, comme plusieurs, Gutenberg vous donne des crises d’urticaire. En installant le plugin ClassicEditor, vous pourrez ainsi garder l’éditeur classique tout en jouissant des avantages de la version 5 de WordPress. Il y a une semaine, il y avait autant de téléchargement de ClassicEditor que de téléchargement de Gutenberg !

Bien que Matt Mullenweg ait promis d’écouter ses ouailles, rien ne garantit que leurs prières seront exaucées. L’option ClassicEditor donnera le choix aux utilisateurs… aussi longtemps que le plugin sera disponible ! Libre aux développeurs du coeur du CMS de le faire disparaître quand bon leur semblera. De plus, l’existence parallèle de deux expériences administrateur pose des questions quant à la pérennité de la cohésion de la communauté WordPress. Peut-on vraiment faire cohabiter deux visions de plus en plus distinctes de l’édition de contenu au sein d’un même CMS ?

Amoureux des Lumières, je reste ouvert au débat. Si vous êtes comme les 200 000 utilisateurs de Gutenberg, faites-moi part de vos impressions !

Pour en savoir plus sur ClassicPress, vous pouvez consulter le site classicpress.net


Sources :
wptavern.com
ilovewp.com


Mais peut-être avez-vous quelque chose à rajouter ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.